B2 – Histoire et poétique des genres

Responsable: Patrick NÉE

L’équipe B2 (Histoire et poétique des genres) s’est constituée à partir d’un champ littéraire bien identifié, celui des « genres », ce qui l’a conduite sous ses premières directions, lors du dernier quadriennal, à étudier la transgénéricité envisagée d’un point de vue aussi bien historique que théorique, ainsi que plusieurs formes génériques, avec l’étude du sonnet, d’une forme oulipienne (la « morale élémentaire » de Queneau), ou du monologue dramatique. Lui sont rattachées deux axes particuliers, celui des Cabinets de curiosité (de la Renaissance au XVIIIe siècle) en étroite relation avec la région Poitou-Charentes (ses fonds documentaires anciens, ses possibilités d’expositions culturelles) et à horizon international sur ce phénomène européen, et celui du Centre d’Études de la Littérature espagnole de l’Entre-deux Siècles (XVIIe-XVIIIe siècles) (CELES XVII-XVIII), consacré aux productions (poésie, prose et théâtre) et à la pensée de la littérature espagnole entre Baroque et Néoclassicisme.

 

Contrat 2012-2017

Une nouvelle direction a promu, à l’occasion de l’actuel quadriennal, un programme de séminaires réguliers et journées d’études essentiellement consacrés à l’exploration d’un genre majeur et cependant encore sous-étudié en France, celui de l’essai, tant dans l’établissement de son cheminement historique – à partir de Montaigne, mais en envisageant les formes préalables dont il s’est lui-même emparé à nouvel usage, jusqu’à notre contemporanéité où l’essai, plus encore que le roman, risque bien de représenter le genre majeur – que dans la recherche de ses critères de généricité, difficiles à établir dans la mesure où c’est par leur absence ou leur élision qu’il est généralement défini.

 

Projet scientifique 2018-2022

POÉTIQUE (PRODUCTION) ET ESTHÉTIQUE (RÉCEPTION, LECTURE) DES GENRES LITTÉRAIRES

L’équipe prend en considération le fait que la problématique de la lecture est tout à fait d’actualité dans la recherche ; il s’agit pour elle de la travailler d’un point de vue qui n’est pas abordé (par exemple par Reims qui l’envisage en général, mais un partenariat aurait du sens) : celui de l’inscription du genre dans le phénomène de la lecture et de la réception des œuvres.

De ce point de vue, tous les genres – majeurs et mineurs – pourront être envisagés, se relayant pendant la durée du nouveau contrat, et permettant un investissement actif d’une majorité des membres de l’équipe, quelle que soit leur spécialité (fictions, poésie, théâtre) et leur siècle (de l’antiquité à nos jours).

Le chantier intellectuel qui s’ouvre peut être envisagé d’un double point de vue : celui, programmatique, d’un « horizon de recherche » qui ne cesse d’aimanter les mises en œuvre du programme lui-même ; celui, concret, d’une succession d’actions organisant l’emploi du temps du futur contrat.

1. Horizon de recherche :

  • la détermination générique de la lecture : en quoi le genre de l’œuvre détermine-t-il son lecteur à lire d’une certaine façon ?
  • à l’inverse : en quoi l’archi-lecture par l’auteur de son œuvre la conditionne-t-elle dès l’écriture, en une dialectique infinie entre lecture et écriture ?
  • le décalage éventuel entre intentions de l’auteur et réception de son texte, tant à l’époque de sa production que pour la postérité (ce qui pose la question de l’historicité de la réception générique).

2. Structuration du contrat :

  • déclinaison des genres littéraires en regard de leur lecture : place aux « petits genres » à côté des « grands » ; pourraient être envisagés pour la poésie (si l’on suit L’Art poétique de Boileau, chant II) églogue, élégie, ode, sonnet, épigramme, rondeau, madrigal et satire ; pour le théâtre, sotie, moralité, proverbe et vaudeville ; et aussi l’apologue, la fable, le conte, l’oraison funèbre, etc.
  • nécessité de cette alternance lors de la lecture des « œuvres complètes » d’un auteur – type particulier de lecture qui nous est propre en tant que critiques littéraires universitaires (la cruauté de l’épigramme chez Racine fait comprendre son génie tragique, par exemple) ; c’est la pluralité des genres ou sous-genres qui construit la lecture d’une œuvre complète ;
  • émergence et caducité des genres littéraires en fonction de l’histoire de leur lecture ; les « grands genres » de l’antiquité, puis de la Renaissance, de l’âge classique voire même du Romantisme ne sont plus les nôtres, en fonction de l’évolution des pratiques de lecture du lectorat ;
  • rapports auteur/lecteur liés à la réception générique (décalages, réestimations positives ou négatives en fonction de la pérennité ou caducité du genre) ;
  • la recitatio depuis son modèle antique jusqu’à l’âge romantique : la lecture en « avant-première » à un cercle lettré comme confirmation voire constitution de l’inédit de l’écriture ;
  • sociologie, voire anthropologie de la lecture via la reconnaissance des genres littéraires dans l’état présent (ou ancien) du lectorat.

 

L’équipe se compose de 20 enseignants-chercheurs :

Membres à titre principal Membres associés Doctorants
BÈGUE, Alain (MCF)
DE DARAN, Valérie (MCF HDR)
DENIEUL, Séverine (PRAG)
DUBOR, Françoise (MCF)
EISSEN, Ariane (MCF HDR)
FAIVRE-DUPAIGRE, Anne (MCF HDR)
FARRUGIA, Guilhem (PRAG)
GAUTHIER, Patricia (MCF)
GEORGE, Marion (PR)
GUEZ, Jean-Philippe (MCF)
JOBEZ, Romain (MCF HDR)
JOUTEUR, Isabelle (MCF HDR)
LECOINTE Jean (PR émérite)
LOUBIER, Pierre (PR)
MARTIN, Pierre (PR)
MONCOND’HUY Dominique (PR)
NÉE, Patrick (PR)
PARMENTIER, Marie (MCF)
PERRET, Laetitia (MCF)
SÉMIDOR, Pierre (MCF)
ZAGAMÉ, Antonia (MCF)
GAMBERT, Didier (professeur agrégée)
HERRÁN ALONSO, Emma (professeur certifiée)
MICHEL, Anne-Céline (professeur agrégée)
NASTASE, Alina (professeur agrégée)
CALERO PONS, Àlvaro (dir. Alain Bègue et Pascale Drouet, thèse en co-tutelle)
CHALARD, Reynald-André (dir. Patrick Née)
DING, Nan (dir. Dominique Moncond’huy)
JANE-WILLIAMS, Caroline (dir. Patrick Née)
MARTINEAU, Anne (dir. Isabelle Jouteur)
MASSANET RODRÍGUEZ, Rafael (dir. Alain Bègue et Pierre Martin, thèse en co-tutelle)
MICHEL Anne-Cécile (dir. Patrick Née)
MOTAMEDI, Mina (dir. Patrick Née)
RABSKI, Baptiste (dir. Isabelle Jouteur)
SOULASSOL, Elisabeth (dir. Pierre Loubier)