PARMENTIER Marie

NOM, Prénom : PARMENTIER, Marie
Section CNU (Qualification(s)) :  09
Équipe : Forell B2
Coordonnées : marie.parmentier@univ-poitiers.fr

 

SUJETS DE RECHERCHE

  • Stendhal, roman du XIXe siècle.
  • Littérature panoramique.
  • Poétique.
  • Lecture.

 

RESPONSABILITÉS SCIENTIFIQUES

Expertise scientifique

  • Membre de la CES 9ème section (Poitiers)
  • Expertise scientifique pour les Ellug

Responsabilités éditoriales

  • Membre du comité éditorial de La Licorne. Revue de langue et de littérature françaises (Presses Universitaires de Rennes)
  • Membre du conseil de rédaction de la revue Poétique (Éditions du Seuil)
  • Membre du conseil de rédaction de L’Année stendhalienne (Honoré Champion)

Sociétés de spécialistes nationales ou internationales

  • Membre de l’Association des Amis de Stendhal.
  • Membre de la SERD.

Comités scientifiques de manifestations scientifiques

  • Comité scientifique du colloque « Stendhal historien », organisé par C. Mariette à l’Université Stendhal de Grenoble les 16 et 17 mars 2016

Organisation de manifestations scientifiques

  • Journée d’études sur l’essai au tournant des Lumières, Université de Poitiers, novembre 2013, co-dirigée avec P. Loubier et G. Farrugia.

 

PRINCIPALES PUBLICATIONS

Livres

  • Stendhal stratège. Pour une poétique de la lecture, Genève, Librairie Droz, 2007 [342 p.]
  • Paris ou Le Livre des Cent-et-un. Anthologie, édition critique réalisée par M. Parmentier, Paris, Honoré Champion, « Champion classiques », 2015.

Édition et coordination de volumes collectifs

  • Racine et Shakespeare, études réunies par M. Parmentier, dans L’Année stendhalienne n°13, novembre 2014, p. 9-207.
  • Promenade et flânerie : vers une poétique de l’essai entre XVIIIe et XIXe siècles, dir. G. Farrugia, P. Loubier, M. Parmentier (actes de la journée d’études sur l’essai au tournant des Lumières, Université de Poitiers, novembre 2013), La Licorne, 2017.

Chapitres de livre

  • « Les paroles d’autorité », dans Stendhal et le style (actes du colloque de la Sorbonne-Nouvelle, 19-20 mars 2004), éd. É. Bordas et Ph. Berthier, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2005, p. 181-198.
  • « Sarah et le Lieutenant français de John Fowles : le piège du roman victorien », dans Lecteurs et lectrices, théories et fiction (actes du colloque organisé à Dijon le 6 avril 2006), éd. S. Hubier et A. Trouvé, Revue d’Études Culturelles, n°3, Automne 2007, p. 95-107.
  • « La focalisation interne dans le roman historique », dans Problèmes du roman historique (actes du colloque organisé à l’Université de Nice, 19-21 mai 2005), éd. A. Déruelle et A. Tassel, Narratologie n°3, 2008.
  • « Les Promenades dans Rome : une lisibilité problématique », dans Enquêtes sur les “Promenades dans Rome”. “Façons de voir”, dir. X. Bourdenet et F. Vanoosthuyse, Grenoble, ELLUG, 2011, « Bibliothèque stendhalienne et romantique », p. 59-79.
  • « “Chapitre ce me semble” : Le Rouge et le Noir et ses soixante-quinze chapitres », dans Relire “Le Rouge et le Noir”, éd. X. Bourdenet, P. Glaudes et F. Vanhoosthuyse, Paris, Classiques Garnier, 2013, p. 121-141.
  • « Les Cent-jours stendhaliens, “l’entreprise la plus romanesque et la plus belle des temps modernes” », dans Les Cent-Jours vus de la littérature, dir. B. Gendrel et M. Labouret, Presses universitaires de Strasbourg, « Formes et savoirs », 2017 [à paraître].
  • « La critique essayiste de Stendhal dans la presse anglaise », dans Le Quatrième Genre, dir. P. Née, Presses Universitaires de Rennes, 2017 [à paraître].

Articles

  • « Galeries de portraits », Poétique n°136, novembre 2003, p. 433-453.
  • « Le Rouge et le Noir, un “roman pour femmes de chambre” ? », L’Année stendhalienne n°4, 2005, p. 205-230.
  • « L’ethos dans l’Histoire de la peinture en Italie : une construction fragile », dans L’Année stendhalienne n°6, 2007, p. 175-192.
  • « Le dialogue avec le lecteur : de la conversation au trompe-l’œil », dans Stendhal dialoguiste, actes du colloque organisé à l’E.N.S., 15-16 septembre 2005, éd. F. Vanoosthuyse, L’Année stendhalienne, n°7, 2008, p. 37-49.
  • « Les yeux du théâtre. Pour une théorie de la lecture du texte dramatique » [avec J. de Guardia], Poétique n°158, avril-juin 2009, p. 131-147.
  • « Comment placer sa voix ? Les narrateurs de Lamiel », L’Année stendhalienne, n°7, 2008, p. 293-323.
  • « Le ton le plus individuel qu’il soit en littérature », dans Le ton Stendhal, éd. Ph. Jousset, Recherches et travaux n°74, 2009, p. 95-107.
  • « “Roman pour femmes de chambre” et légitimation du romancier (1815-1840) », dans Le Genre et ses qualificatifs (actes du colloque de Poitiers, 18-19 novembre 2010), éd. H. Scepi, La Licorne, n°105, 2013, p. 309-320.
  • « Stendhal et la narratologie », dans Un demi-siècle d’études stendhaliennes (1962-2012) (actes du colloque du cinquantenaire de l’Association des amis de Stendhal), dir. Ph. Berthier, L’Année stendhalienne n°12, 2013, p. 167-182.
  • « “Le charme est rompu” ? Antiroman et réalisme », Romanesques, n°6, mai 2014, p. 121-132.
  • « Commerce et littérature. Les processus de légitimation dans Paris ou Le Livre des Cent-et-un », Romantisme n°175, septembre 2014, p. 75-86.
  • « Flâner, penser, écrire ? Questions sur la place de la littérature panoramique dans la généalogie de l’essai », dans Promenade et flânerie : vers une poétique de l’essai entre XVIIIe et XIXe siècles, dir. G. Farrugia, P. Loubier, M. Parmentier (actes de la journée d’études sur l’essai au tournant des Lumières, Université de Poitiers, novembre 2013), La Licorne, 2017 [à paraître].
  • « Théorie littéraire et lectures réelles » [à paraître], Poétique, n°180, 2017-1.

Comptes rendus

Pour Acta Fabula (www.fabula.org) :

  • Nathalie Piégay-Gros, Le Lecteur, Paris, Flammarion, « GF-Corpus Lettres », 2002, (Volume 4, n°1, Printemps 2003).
  • Aude Déruelle, Balzac et la digression. Une nouvelle prose romanesque, Saint-Cyr sur Loire, Christian Pirot éditeur, 2004 (Volume 6, n°1, Printemps 2005).

Pour L’Année stendhalienne :

  • Daniel Sangsue, Stendhal et l’empire du récit, SEDES, « Questions de littérature », 2002 (n°3, 2004).
  1. Bercegol et D. Philippot (dir.), ­Approches du romantisme, Hommage à Michel Crouzet, Paris, Presses de l’Université Paris Sorbonne, coll. « Mémoire de la critique », 2006 (n°7, 2008).
  2. Dumasy, C. Massol et M.-R. Corredor (dir.), Stendhal, Balzac, Dumas : un récit romantique ? Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, coll. « Cribles », 2006 (n°7, 2008).
  • Laure Lassagne, Ce que parler veut dire, Paris, Honoré Champion, 2016. (n°16, 2017)

Pour L’Information grammaticale, n°115, oct. 2007 : R. Amossy (éd.), Analyse du discours et sociocritique, Littérature n°140, décembre 2005.

Pour la RHLF (2010/3, vol. 110) :

  • Pigault-Lebrun, Jérôme, éd. S. Charles, Paris, Société des Textes Français Modernes, 2008.
  • Victor Brombert, Stendhal. Roman et liberté, Paris, Éditions de Fallois, 2007.

Pour Studi francesi n°174, 2014 : L’Expérience romanesque au XIXe siècle, dir. C. Mariette-Clot (Romanesques n°5), 2013.

Pour Romantisme, 2016-1, p. 153-155: Maria C. Scott, Stendhal, la liberté et les héroïnes mal aimées, Classiques Garnier, « Études romantiques et dix-neuviémistes ; Série Stendhal », 2015, 200 p.

Travaux de vulgarisation

  • « La Cousine Bette » de Balzac, Paris, Bréal, coll. « Connaissance d’une œuvre », 2000.
  • Le Rouge et le Noir, éd. M. Parmentier (introduction, dossier, notes), Paris, Garnier-Flammarion, 2013.

Recherche

Menu principal

Haut de page