PARNASSE – Le Parnasse oublié: la littérature espagnole entre Baroque et Néo-classicisme (1651-1750)

Présentation

Le programme « Le Parnasse oublié : La littérature hispanique entre Baroque et Néo-classicisme (1650-1750)  », programme associé de l’École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques de la Casa de Velázquez émane des principaux acteurs de la fédération internationale de recherche Centre d’Études de la Littérature espagnole de l’Entre-deux Siècles (XVIIe-XVIIIe siècles) (CELES XVII-XVIII: http://celes.labo.univ-poitiers.fr), fondé en 2008 et coordonné par l’Université de Poitiers. Le propos du CELES XVII-XVIII est de fédérer les chercheurs et projets se consacrant aux divers aspects de la production littéraire (poésie, prose et théâtre) et à la pensée théorique de la littérature hispanique situés entre les deux mouvements majeurs que sont le Baroque et le Néoclassicisme. Ses objectifs sont la publication de catalogues et de répertoires bibliographiques, l’édition et l’étude critique des textes littéraires et/ou théoriques de cette période, la promotion des études critiques portant sur cette période ainsi que l’organisation de rencontres et d’activités scientifiques permettant une collaboration accrue des chercheurs intéressés par cette époque oubliée de l’histoire de la littérature hispanique.

Le programme PARNASSE envisage une approche globale de la littérature hispanique produite au cours de la longue époque qui marque le passage progressif du Baroque au Néo-classicisme. Malgré son importance dans le panorama culturel de cette période, la littérature de la période avait en effet été presque totalement négligée en vertu de préjugés séculaires.

 

Structuration scientifique

  • Une analyse du livre littéraire (manuscrit et imprimé) en tant qu’objet bibliographique et typographique, comme objet assujetti à une réglementation administrative et commerciale, puis comme objet culturel ;
  • Une approche de la pratique littéraire, par l’étude du contexte culturel, artistique et scientifique de production des textes, une étude typologique des textes, de leurs conventions et contraintes esthético-thématiques, de l’évolution des genres et, dans le cas de la poésie, des formes métriques ;
  • Une étude non seulement des codes et courants esthétiques en vigueur, mais aussi, et surtout, de la construction d’un nouvel ordre théorique et de l’apparition d’une rénovation du langage littéraire, manifestant le besoin de renouvellement lors d’une période considérée comme inféconde et dégénérescente ;
  • Une approche de la notion et du statut d’auteur, afin de d’appréhender ce qu’à l’époque on entendait par « écrivain » et par « littérature », et définir, en d’autres termes, le statut de l’un et la finalité de l’autre. Pour ce faire, nous étudierons la correspondance et les documents notariés des écrivains, égo-documents qui nous permettront d’appréhender la République des Lettres ainsi que le champ littéraire de cette époque méconnue qui se situe au cœur de nos préoccupations scientifiques. Nous examinerons ainsi la situation sociale des auteurs : leurs origines sociales, leurs professions (“fonctionnaires”, professions libérales, hommes de cour…), leurs moyens d’existence, leurs compétences, leurs comportements et les conflits qui les opposaient entre eux et pour quels enjeux. Nous ferons une place à l’étude de leurs réseaux de communauté, d’amitié et de soutien, à celle de leurs liens avec les mécènes —le rapport de l’écriture au pouvoir et espace intime— ou encore de leur relation à l’administration chargée d’évaluer leurs œuvres.

 

Contact: Alain Bègue, coordinateur du CELES XVII-XVIII (alain.begue@univ-poitiers.fr)

Information: http://celes.labo.univ-poitiers.fr/

Recherche

Menu principal

Haut de page